POURQUOI L’AIDE SOCIALE A L’ENFANCE REFUSE T-ELLE TOUTE COMMISSION D’ENQUETE ?

La France a découvert que l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE)  était une institution où la maltraitance exercée sur les mineurs régnait en maître, lors d’un documentaire traumatisant passé sur F2 il y a quelques mois. Caméra cachée, les journalistes démontraient que les foyers de la protection de l’enfance étaient le lieu de tous les dangers : viols, agressions physiques, violences psychologiques,  humiliations,  abandons, réseaux de prostitution,…la liste est longue tant les dangers auxquels les enfants pourraient être confrontés dans ces foyers de l’enfance sont nombreux.
Pourtant le discours ambiant reste toujours le même : Ce sont les parents qui sont maltraitants et les services sociaux sont des blanches colombes venant secourir l’enfant en danger.
C’est pourtant bien un  documentaire SUR L’AIDE SOCIALE A L’ENFANCE qui a poussé en urgence le gouvernement à nommer un secrétaire d’état à la protection de l’enfance.  Ce n’étaient pas des parents maltraitants qui étaient en cause mais les services censés protéger les enfants
 
En effet quoi de plus abject que de maltraiter des enfants déjà fracassés par la vie ?
Quoi de plus abject que de s’appeler “Aide Sociale à l’enfance” et exercer sa tyrannie et son sadisme sur des enfants qui de fait ne pourront pas se défendre ?
Pourtant depuis, non seulement l’omerta concernant les maltraitances institutionnelles est retombée, mais pire encore on prone le placement des enfants à tout va ! 
 
Retirer des enfants qui seraient maltraités ( conditionnel car autre dysfonctionnement majeur : on soustrait aussi des enfants non maltraités)  à des institutions maltraitantes, c’est vomitif !
Bien-sûr on nous rétorquera que tout le monde n’est pas maltraitant au sein de l’ASE, mais L’ENFANCE AU COEUR rappelle ce que  dénonçait  Philippe SEGUIN lui-même : Il n’y  aucun surveillance, aucun contrôle, de ces institutions, aucun contre pouvoir !
Parallèlement il y a beaucoup d’argent qui va aux adultes de l’ASE…
Imaginez donc un système opaque, où l’argent, le silence et la protection de l’institution règnent  en maître.
cela ne peut pas s’apparenter à un système de protection de l’enfance mais plutôt à un sytème dont les critères s’apparent à ceux de la mafia  : silence, argent, impunité ! 
C’est trois critères  attirent les pires individus! 
 
Preuve en est, cette “éducatrice” a pu exercer…ses sévices 15 ans durant couverte par l’aveuglement ou la complicité  de tous les responsables de services socio- judiciaires  à qui il revient également de protéger les enfants.
On comprend alors pourquoi l’ASE refuse toute commission d’enquête récemment réclamée (après la diffusion du documentaire.) 
www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/var-une-educatrice-specialisee-renvoyee-devant-la-justice-pour-violences-sur-des-enfants-handicapes_3458549.html
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *