Commission d’enquête sur l’Aide Sociale à l’Enfance

L’ENFANCE AU CŒUR a pris connaissance de cet article de MEDIAPART qui raconte la première visite de la commission d’enquête sur l’ASE : une pouponnière du Puy de Dôme.

Dans cette Pouponnière, des enfants tout petits entassés, des professionnelles débordées au turn-over inquiétant.

Les conditions de développement de ces enfants choquent toutes les personnes présentes, à juste titre.

Le postulat du Responsable des lieux est que ces enfants étaient maltraités chez eux, et que mieux vaut être là que maltraité à la maison … Ce raisonnement est cependant pris comme une vérité absolue. Or les vérités absolues n’existent pas, dans aucun domaine. Celle consistant à penser que s’ils sont placés, c’est qu’ils devaient l’être est certainement la plus fausse. L’ENFANCE AU CŒUR ne nie pas la nécessité de placer des enfants maltraités, et dans le cas de ces enfants auxquels il a été rendu visite, peut-être en effet était-il vital qu’ils soient placés.

Mais peut-être pas, car même si une décision de justice a décidé de leur placement, la justice elle non plus ne détient pas la vérité absolue. L’ENFANCE AU CŒUR a audité, ou traité par ses avocats, des dizaines de dossiers dans lesquels un bébé, ou un enfant de moins de deux ans, a été placé alors qu’il n’aurait pas dû l’être, soit que le motif du placement soit largement insuffisant et qu’une simple aide de la famille aurait pu résoudre le problème, soit qu’une mesure alternative (accueil par un membre de la famille) ait été refusée pour de mauvaises raisons.

Dans ces conditions, ne jamais poser le problème en amont de l’opportunité du placement, fausse nécessairement le raisonnement des gens qui enquêtent sur le fonctionnement de l’ASE et les conditions de vie des enfants placés. Quand un robinet déverse trop d’eau et que le jardin est inondé, il n’est pas intelligent de ne songer qu’à dériver l’eau s’il est possible de tout simplement ouvrir moins grand le robinet. Tel est le problème, et il est incontournable. Le système du placement s’embolise avec des conséquences dramatiques car le robinet judiciaire du placement est ouvert en grand, par peur de passer à côté d’un cas dramatique, mais aussi par un suivisme judiciaire extrêmement critiquable.

L’ENFANCE AU CŒUR tente sans succès de faire entendre sa voix dans la commission d’enquête, car nous dénonçons un système qui ne veut pas réfléchir et se poser les bonnes questions. Ceux qui seront entendus et écoutés viendront pleurnicher qu’il faut davantage de moyens, alors qu’ils sont déjà colossaux et donc mal employés !

Ceux qui mettent le doigt sur le vrai problème seront ostracisés, car trop d’intérêts sont en jeu, et que l’autocritique n’existe pas en France. A qui profitent ces errements ? Voilà une excellente question.

4 Commentaires sur “Commission d’enquête sur l’Aide Sociale à l’Enfance

  1. Moura says:

    Bonjour à tous je’suis vitime d’ une enquête sorciale mensonger et aussi sont avocat j’ai besoin de plus de informations pour a respecter du vôtre site

  2. Claudia Dupuis says:

    Bonjour
    Je vous écrit pour un placement abusif
    Comment faire pour les récupérer
    Merci de me répondre

  3. Jessica Rio says:

    Pourquoi les association comme l’enfance au cœur ne vont pas dans les journaux télévisé tf1 bfmtv france 2 france 3 etc
    Faite attendre la voix des parents donc leurs enfants sont placés très abusivement par l’ambassade et les juges pour enfants
    Pourquoi personne bougent
    Svp faite quelque chose les association car nous parents ont ne nous écoutent pas on s’en fiche carrément de nos enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *