LE FIASCO TOTAL DE LA PROTECTION DU MINEUR EN FRANCE : SAINT-DENIS UNE PROSTITUEE SUR TROIS EST MINEURE

Le constat selon lequel à Saint Denis une prostituée sur trois est mineure entre 13 et 15 ans est juste épouvantable et met en rage L’ENFANCE AU COEUR.
Immédiatement les questions sont là :
– comment se fait-il que l’obligation scolaire existe et que personne ne détecte ces faits de prostitution ?
– Peut-on croire une seconde qu’une jeune fille qui se prostitue ait un comportement normal au sein de l’établissement scolaire ?
– Dès lors pourquoi l’établissement scolaire, la médecine scolaire, ne font pas un signalement au Procureur ?
– Par ailleurs ces jeunes personnes vivent-elles chez elles ? Dans ce cas comment se fait-il que la famille ne sache rien ? Si la famille sait, ne serait-elle pas complice ?
– Et dans ce cas, comment se fait-il qu’aucun service social n’ait repéré un tel fonctionnement familial et ne soit pas intervenu ?
– Si ces jeunes filles sont placées à l’Aide Sociale à l’Enfance, l’ASE serait-elle ignorante de ces faits de prostitution ?
Récemment dans des foyers de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), c’est précisément cette situation qui a été dénoncée : des mineures se prostituaient puis rentraient dormir dans le foyer de la protection de l’enfance ... sans qu’aucun éducateur ne remarque quoi que ce soit.
Pourtant l’ASE et les services sociaux sont en général prompt à signaler des situations d’enfants qui ne présentent aucun danger et sur lesquels tombe alors le couperet du placement abusif, faut-il penser que lorsque le mineur est vraiment “à problème” ces mêmes ASE et services sociaux préfèrent passer leur chemin et choisir de ne rien voir ?
Toutes ces questions doivent impérativement recevoir une réponse, car savoir que la protection de l’enfance dysfonctionne en France, c’est une chose déjà très préoccupante, mais savoir qu’un mineur si jeune peut sur la place public vendre son corps alors qu’il est censé être à l’école, est tout simplement un scandale d’Etat.
L’ENFANCE AU COEUR qui dénonce à la fois la non prise en compte et la non prise en charge des mineur victimes de violence, et le placement abusif d’un enfant dramatiquement éloigné de ses parents sans motif, interpelle le gouvernement sur ce fléau de la prostitution infantile.
Tout citoyen peut signaler ce qu’il voit à cet égard, car il faudra plus d’une intervention pour que l’Etat se penche sur cette lèpre grandissante qui signe le fiasco complet de la protection du mineur en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *