AFFAIRE LYLI-ROSE

Les cris de souffrance de cette enfant, hurlant qu’elle ne veut pas retourner chez son père qui lui met son zizi dans le sien, auraient convaincu n’importe quel citoyen.

Mais la justice française, dans sa cruauté habituelle envers les enfants victimes de violences sexuelles a condamné la mère à 9 mois de prison pour non représentation d’enfant à son bourreau, et ordonne la remise de l’enfant au père qui bénéficie de la garde exclusive !

Pire, c’est avec l’aide de la police que la petite fille sera remise à celui qu’elle tient pour son violeur.

L’ENFANCE AU CŒUR tient à rappeler que ce cas est un classique français et que la justice ne cesse de remettre l’enfant à celui que l’enfant identifie justement comme étant son agresseur, et que cela se passe dans les mêmes conditions que celles-ci, dans les supplications et les cris déchirants de l’enfant.
Cette fois ci la scène a été filmée, ce qui a permis à deux trois politiques de faire des déclarations… seront-elles suivies des faits?

Cette situation criminelle générée par les decisions de justice durent depuis des années : Pas seulement protéger les prédateurs mais leur amener les enfants à violer sur un plateau et écarter le parent protecteur, souvent la mère. Cela pose question :

Comment le juge a t-il été insensible aux cris de cette enfant ?
Comment le père ne s’agenouille t-il pas devant la souffrance de son enfant en la laissant avec sa mère ?

Espérons que les Français se réveilleront à la vue de cette video, qui n’est que la partie émergée de l’iceberg (c’est le cas de le dire puisque par “chance” la scène est filmée et donc visible), et se revolteront face à cette justice qui chaque jour envoie des enfants innocents et vulnérables dans l’enfer des viols.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 17 =