A QUAND UN PRINCIPE DE PRECAUTION POUR LES ENFANTS ?

L’ENFANCE AU COEUR a souvent commenté ce genre d’horreurs, et pour cette raison ne va pas répéter ce qu’elle a toujours dit concernant le niveau de dépravation des pédocriminels, la facilitation que permet internet et le laxisme judiciaire que ces monstres trouvent au bout de leurs crimes, en France.
L’ENFANCE AU COEUR cependant ne peut manquer une occasion si criante de dénoncer ce laxisme puisque précisément dans cette affaire, le pédocriminel – policier à la retraite ! – est remis en liberté dans l’attente de son procès.
Or les crimes et délits pour la complicité desquels il est mis en cause sont d’une telle gravité que personne de sensé ne peut penser qu’autour de cet homme, les enfants soient en sécurité. D’ailleurs le Parquet avait demandé qu’il soit placé en détention. Mais les juges l’ont laissé libre, ces juges qui n’évoluent que dans une bulle de naïveté et de rédemption, à croire qu’ils sont accro non seulement à du Jean Jacques Rousseau mal digéré mais aux romans russes d’il y a fort longtemps. En tout cas voilà un pédocriminel qui aime voir des enfants violés sur son écran, dont la Justice pense apparemment qu’il ne va pas risquer d’aller plus loin pendant les longs mois qui vont passer avant son procès.
Une fois encore, L’ENFANCE AU COEUR dénonce l’absolue absence de principe de précaution concernant la protection de l’enfance, le principe de précaution est acquis pour l’écologie, mais pas pour les enfants, comprenne qui pourra, notre société marche sur la tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + treize =