JUGÉ POUR AGRESSIONS SEXUELLES SUR 19 ENFANTS DE 3 ANS, LE DIRECTEUR D’ÉCOLE EST RELAXÉ

Dans cette affaire tout donne envie de vomir : – les actes commis sur des enfants âgés de 3 ans à 4 ans ans par l’instituteur (qui est également directeur d’école), – la décision de justice – la motivation de la décision.

En effet le juge POMIER a estimé dans cette affaire que
– “les seuls éléments à charge sont les témoignages des enfants” et que
– “les enfants sont trop jeunes pour porter de telles accusations”

On est juste estomaqué par cette analyse et révulsé par ce qui en découle.
Pour rappel 19 enfants de 3 à 4 ans ont été entendus. Le bon-sens voudrait que, justement, parce que les enfants sont trop jeunes pour porter de telles accusations, elles ne peuvent être que vraies !
Pas pour le juge POMIER
Pire encore, non seulement il n’y a “QUE” la parole de l’enfant – ce qui, au passage, dit tout au haut ce que pensent les juges tout bas, c’est à dire que la parole de l’enfant ne vaut rien – mais en plus le juge POMIER ajoute que les enfants sont trop jeunes pour porter de telles accusations !!!
Mais quel pain béni le juge POMIER ne donne -t-il pas là aux prédateurs d’enfants !
“Le viol d’enfants n’existe pas s’ils parlent c’est qu’ils ont tout inventé”
La justice voudrait donner un permis de violer aux prédateurs qu’elle n’agirait pas différemment !
Rappelons qu’une décision de justice est un message qui est adressé à l’ensemble de la société, tout d’abord à la victime en reconnaissant son statut de victime, au prédateur, qui par la peine pénale qui lui est infligée, comprend la gravité de son acte et à la société pour rappeler que l’ordre est la paix sont bien maintenus.

Mais quel citoyen sent ses enfants en sécurité après une telle décision ? Tout d’abord, il sait maintenant que son enfant, peut être agressé de la façon la plus odieuse à l’école publique dite “maternelle”. Il sait également que la justice, après avoir entendu 19 témoignages d’enfants à l’âge le plus tendre, l’âge de l’insouciance, l’âge de la candeur et de l’ingénuité, la justice peut entendre ces enfants décrire des actes sexuels parlant de masturbation et d’érection qui viennent souiller et anéantir cet univers,la justice est capable de relâcher le prédateur sexuel!!
Ce n’est pas tout.
Le juge POMIER, piétinant la parole de l’enfant, sa souffrance, son statut de victime, piétinant aussi la souffrance des parents véritablement traumatisés, a non seulement estimé que la parole des enfants ne suffisait pas mais il a estimé que les sites pornographiques consultés par l’instituteur sur lesquels figuraient des ADOLESCENT(e)S MINEUR(E)S ne caractérisaient pas une déviance.
Mais que faut-il donc pour prouver une agression sexuelle si la parole d’une vingtaine d’enfants ne compte pas, et si la consultation de sites pornographiques avec des adolescent(e)s mineur(e)s (l’âge n’a pas été indiqué) ne caractérise aucune déviance ?

La justice vient encore une fois de déshonorer notre pays en bafouant les droits de l’enfant.

L’ENFANCE AU COEUR vient d’apprendre que parquet a décidé de faire appel de cette ignoble décision, ce qui est la moindre des choses !

Néanmoins, au vu des réquisitions initiales de l’avocat général : 5 ans de prison dont 2 avec sursis, (réquisitions non suivies, puisque directeur a donc obtenu la relaxe), il y a de gros risques pour que le directeur d’école s’en sorte sans mettre un pied en prison même s’il est condamné.
L’ENFANCE AU COEUR rappelle que les peines prononcées pour les prédateurs sexuels sont monstrueusement légères.

Pour terminer L’ENFANCE AU COEUR voudrait rendre hommage à ces 19 enfants qui ont eu le courage de parler, qui ont eu le courage de témoigner, qui ont eu le courage d’affronter la justice à l’âge des poupées et des voitures.

Ces enfants auraient dû être protégés, être pris en charge, la société aurait dû leur apprendre que maintenant ils étaient en sécurité.
Il reviendra aux parents de trouver la tâche difficile et douloureuse de leur expliquer que leur prédateur n’a pas été puni….
L’ENFANCE AU COEUR apporte tout son soutien aux enfants comme aux parents

(Si vous PTG cette publication n’oubliez pas de cocher la case qui permet d’avoir ce commentaire) et si vous adhérez à ce combat merci pour votre coup de pouce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 4 =