Un ingénieur condamné aux assises de l’Isère pour viols de ses soeurs

L’ENFANCE AU COEUR rappelle le constat effrayant de la REPLICATION de la pédocriminalité, dont l’inceste est une démonstration.

On disait “peintre de père en fils”, il faut dire également “pédocriminel de père en fils” et les études qui cherchent pourquoi l’inceste est à ce point intergénérationnel vont avoir du pain sur la planche.

Quoi qu’il en soit de cet aspect scientifique voire sociologique, il faut répéter encore et toujours que l’inceste est sans doute la pire contagion comportementale qui puisse exister. Voilà dans ce fait de société sordide, une famille qui “pratique” l’inceste, qui commet ce crime abominable dans une logique terrifiante du passage à l’acte, le grand-père avec ses filles et sa petite-fille, le fils avec ses soeurs, l’article précisant que père et fils ne se savaient pas concurrent dans l’inceste qui se consommait.

Il est évident qu’il existe dans ces familles un tabou qui a entièrement disparu, et que la perversité règne en maître, considérée comme une normalité un peu particulière, sans plus.

Et encore une fois, les victimes ne sont pas “dépistées”, alors qu’il est impossible de penser que dans leur comportement elles ne trahissent pas l’horreur qu’elles subissent au quotidien dans une famille aussi perverse. Il y a donc un mur d’aveuglement autour de l’inceste, qui englobe tous les témoins sociaux privilégiés  de la vie des enfants à savoir école et professionnels de la santé.

Il y a alors quelques questions dérangeantes qui se posent : comment se fait-il que L’ENFANCE AU COEUR voie des dizaines de dossiers d’assistance éducative qui se déclenchent avec un seul appel au 119, et des affaires comme celles-ci ou pas une oreille ou un oeil n’a bougé pendant des décennies ?

Alors, tous coupables ou tous aveugles ?

Les services sociaux, pourtant cornaqués avec enthousiasme par n’importe qu’elle information préoccupante ou appel anonyme, eux-aussi ne voient rien et n’entendent rien ? L’ENFANCE AU COEUR a d’énormes doutes sur cela.

Notre association dénonce un aveuglement tendant vers la complicité, ainsi qu’ une absence criante de formation à la détection de la maltraitance qui est une vraie plaie dans notre pays. En effet les services sociaux et autres observateurs voient de la maltraitance dans un parent trop aimant (auquel cas ils demandent une mesure de placement en foyer pour cause de fusion par exemple) et ils ne la voient pas du tout quand elle est physique et manifeste.

Quoi d’étonnant là-dedans, puisque les intervenants sociaux français sont les plus mal-formés d’Europe, avec un vague niveau bac et une vague formation accélérée d’un an, mais se retrouvent pourtant éducateur !!

Les enfants ne méritent-ils pas que les professionnels chargés de leur protection, au sens large, soient formés au recueil de leur parole et à des notions de psychologie et de physiologie pointues et efficaces ?

La réponse est OUI, car dans des familles incestueuses comme celle-ci, le  silence, la honte, l’effondrement des tabous crée une forteresse infranchissable pour les victimes, dont le destin est dès lors marqué au fer rouge de la souffrance, pour toujours.

Un mot pour finir contre la traditionnelle clémence des juges, qui a choqué même le Parquet … les mots manquent pour qualifier des jugements qui ne semblent sanctionner que des vols à l’étalage ou des fraudes au permis de conduire.

Tant que le laxisme judiciaire sera la règle en France, la pédocriminalité familiale, de même que la pédocriminalité-réseau aura de beaux jours devant elle !

 

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/isere/grenoble/ingenieur-49-ans-condamne-aux-assises-isere-viol-ses-soeurs-1691972.html?fbclid=IwAR1NmUj58pObIBM0SwvhK0_76IPAjcRl8L_dB35ss-6BZp6tmwKZfn467-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *