Olivier DUHAMEL- Tout le monde savait : la famille, les amis, les journalistes, les politiques

L’ENFANCE AU COEUR se réjouit de constater que la société française parle d’inceste quand … ce sont des “people” qui lavent leur linge sale !
Au moins, cela a le mérite d’étaler au grand jour ce fléau qui sévit dans un très grand nombre de familles françaises, fléau qui ruine le présent et l’avenir des enfants victimes :  l’inceste.
Il faut être sourd et aveugle pour ne pas avoir entendu parler ces jours-ci du livre de Camille KOUCHNER, et sa mise en accusation d’Olivier DUHAMEL, coupable selon elle d’actes pédocriminels incestueux sur son beau-fils, frère de l’auteur.  Les commentaires, comme ceux de la journaliste qui figurent dans l’article joint ci dessous *  ce post, sont banals, en ce qu’ils ne peuvent que dénoncer cet inceste là et l’inceste en général.
La journaliste étale avec application et tout aussi banalement tous les détails qu’elle sait sur cette affaire, pensant se mettre en avant, attitude elle aussi banale.
Là où ces commentaires deviennent intéressants  c’est quand  cette journaliste dit et répète que “tout le monde le savait” elle comprise ! Car elle vient tout simplement de reconnaître qu’elle avait connaissance d’un délit mais ne l’a pas dénoncé à la justice !  Elle n’a pourtant pas conscience d’avoir, elle aussi, commis un délit par cette non dénonciation. Comme c’est révélateur !
Il apparaît donc évident que l’inceste a non seulement comme complice la famille directe, dans de nombreux cas, mais tout l’entourage -et quelquefois l’entourage le plus large. Et de cela pas un mot, personne ne s’offusque du silence coupable dudit entourage.
Une victime verrouillée dans sa parole à laquelle tout le monde oppose une complète surdité, cela n’a l’air de gêner personne, pas plus que le fait que ce silence soit réprimé par la justice s’il est établi.
La non dénonciation de crime et de délit, la non assistance à personne en danger, la non révélation de violences sexuelles sur mineurs … toutes ces dispositions légales sont lettre morte et cette situation est typique et répandue.
Savoir et ne rien dire c’est protéger l’agresseur, lui assurer l’impunité et la perpétuation de ses crimes/délits, …
c’est donc pourtant être complice ! Dans le cas de l’affaire DUHAMEL, les complices sont des centaines de personnes, la victime est seule, encore plus seule quand on prend conscience des centaines de personnes qui auraient dû mettre un terme à ces viols qu’il a subis pendant des années !
C’est juste scandaleux, effarant, et tous ces gens de gauche qui pensent avoir le monopole du coeur et être toujours du bon côté pour la seule raison qu’ils sont de gauche, sont écoeurants.
Quoi qu’il en soit, la question de l’imprescriptibilité des crimes sexuels, qui tel un serpent de mer anime le débat public “de temps en temps” devient secondaire quand on voit que même “en temps réel” tout le monde se tait et laisse faire !
Si tout le monde se tait quand il est encore possible de faire quelque chose pour protéger la victime et punir l’agresseur, comment pourra t-on faire quelque chose des années plus tard alors que la victime a bu la coupe jusqu’à la lie, que les preuves et les témoins n’existent plus et que l’agresseur a fêté son quatre-vingt dixième anniversaire ?
C’est une fiction ! Rendre les crimes et délits sexuels imprescriptibles est un idéal, personne ne peut être opposé à cet idéal, L’ENFANCE AU COEUR moins que les autres. Cependant quand on voit la difficulté pour la justice de se saisir puis de juger des faits récents ou actuels (déni de la parole de l’enfant, absence de preuve matérielle suffisante) qu’en sera t-il des années plus tard, voire des décennies plus tard, voire un siècle plus tard ? … La justice française n’a pas la volonté de punir ces crimes et délits, elle le montre tous les jours par son laxisme et par les preuves impossibles qu’elle demande pour être convaincue. Si, de surcroît, les témoins se dérobent et le temps passe, l’intervention de la justice est une vue de l’esprit, de la science-fiction. Les coupables seront donc désignés à l’opprobe générale par des livres qui sortent et dont on parle parce que l’auteur a un nom connu … Triste société, nantie d’une justice inefficace et d’un tribunal populaire qui apprécie les révélations trash des people.
Mais reconnaissons-le, la France en est là. L’ENFANCE AU COEUR se bat au quotidien pour changer cette France là !

2 Commentaires sur “Olivier DUHAMEL- Tout le monde savait : la famille, les amis, les journalistes, les politiques

    • L'enfance au coeur says:

      En effet, il y a eu non dénonciation de crimes et non assistance à personne en danger. Mais ces dispositions légales ne sont pas appliquées.. du coup le crime se perpétue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *