LES CHIFFRES NOIRS DE L'ENFANCE

Les chiffres noirs de l'enfance en France

Angle mort des politiques publiques en France, la maltraitance infantile est un « parent » pauvre de la protection de nos citoyens. Et pourtant l’ampleur du phénomène est si inquiétante qu’experts et spécialistes s’accordent tous aujourd’hui pour parler de « chiffres noirs » de la maltraitance. En France, une femme meurt tous les deux jours sous les coups de son compagnon, assez pour inscrire cette cause à l’agenda politique. Pourtant en France ce sont deux enfants qui meurent quotidiennement dans l’indifférence des pouvoirs publics, puisqu’une aucune mesure concrète n’a été prise à ce jour pour enrayer le phénomène. Parmi ces enfants morts, le plus souvent dans le cadre de violence familiale, nombre d’entre eux étaient suivis par les services sociaux.

Selon l’Observatoire de l’action sociale décentralisée (ODAS), 98 000 mineurs étaient considérés en danger en 2006, 20% d’entre eux étant victimes de violences physiques ou sexuelles. Parmi eux, 19000 ont été victimes de maltraitance, 78 000 se trouvaient dans des situations à risques, 44% de ces enfants avaient moins de 6 ans, 600 à 700 décès d’enfants étaient imputables à de mauvais traitements infligés par les parents. Chaque année 40% des enfants placés risquent de devenir SDF faute de prise en charge et de suivi après leur placement, une fois arrivés à leur majorité. Cela revient à leur infliger une double peine.

Selon une étude menée par l’Observatoire nationale de la protection de l’enfance (ONED), le Ministère de la Justice dénombre 107 672 mineurs en danger dont le juge des enfants a été saisi en 2014 (+ 3,7 % par rapport à 2013) et 229 264 mineurs suivis par le juge des enfants (hors mesure d’aide judiciaire) au 31 décembre 2014 (+ 1,0 % par rapport à 2013).

Toujours selon cette même étude menée par l’ONED, le Ministère de l’intérieur a recensé 3074 viols sur mineurs (n’oublions pas qu’une victime sur 10 parle et que ce chiffre est donc la face émergée de l’iceberg), et 15 047 de faits constatés de violences et de mauvais traitements infligés à des enfants pour l’année 2013 et en France métropolitaine.

Concernant l’Education Nationale, 16 enseignants ont été révoqués en 2014 pour faits de pédophilie ou de détentions d’images pédopornographiques, et c’est près du double en 2015, soit 27 révocations en 2015. Le nombre d’enfants victimes d’attouchements ou de violences sexuelles dans le cadre de cette institution est difficile à évaluer et pour cause, l’Education ne dispose pas de chiffres. On estime que ce sont des centaines d’enfants qui ont été abusés ou violés. Même si la Ministre de l’Education nationale, Najat-Vallaud Belkacem semble avoir pris la mesure du fléau, de nombreux parents restent confrontés à l’indicible et au mutisme de l’Education nationale, qui n’a proposé aucune mesure concrète d’accompagnement psychologique pour ces enfants.

81% des abus sexuels en France concernent des mineurs selon une enquête réalisée dans le cadre de la campagne « Stop le déni », conduite par le Docteur Salmona sous l’égide de l’Unicef et l’association Mémoire traumatique et victimologie. 51% de ces enfants avaient moins de 11 ans et 21% avaient moins de 6 ans. L’étude fait aussi ressortir un manque criant de prise en charge ainsi que des conséquences très lourdes pour le devenir de ces victimes (tentatives de suicide, maladies psychosomatiques, alcoolisme..). Ce serait 4 millions de personnes qui auraient été victimes d’inceste selon une étude très sérieuse menée par l’AVI.

Anne Tursz, directrice de recherche à l’institut national de la santé et de la recherche médical (INSERM), qualifie la maltraitance infantile de « phénomène de santé publique massif ». Et pourtant la prise en considération de ce phénomène est très lente dans notre société. Il est évident que la voix des enfants ne résonne pas aussi fort que celle des adultes, loin s’en faut, on peut dire au contraire qu’ elle est méprisée, mal recueillie et trop souvent remise en cause. Ces défaillances ont été accentuées depuis le syndrome « Outreau » qui a fait reculer la voix et le droit des enfants à être entendus comme il se doit et comme le prévoit la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), ratifiée il y a 25 ans par la France.

Le rapport de 2002 de Juan Miguel Petit Rapporteur auprès de l’ONU, a pointé de graves défaillances en matière de traitement judiciaire des enfants victimes d’abus sexuels en France. Après avoir enquêté sur ces dérives en France, le Rapporteur a mis en lumière des décisions de justice allant à l’encontre de la protection de ces enfants abusés sexuellement. A titre d’exemple, de nombreuses décisions de justice contraignaient les mères de famille à remettre les enfants au parent abuseur. Beaucoup de ces mères françaises qui n’ont pas accepté ce type de jugement, ont dû s’exiler en Suisse pour protéger leur enfant ! Le Rapporteur a par la suite rencontré ces exilées françaises qui ne demandaient que la protection de leur enfant et qui pourtant prenaient le risque d’être lourdement condamnées en France à leur retour. 

Culture : Nous dénonçons

LES PROPOS DU DOCTEUR RUFO SUR F5 le 3/12/2012 :  

Le docteur Rufo répond à une auditrice qui le questionne sur un viol éventuel que sa fille aurait subi.

Docteur  Rufo :  "L’immense majorité des enfants abusés vont bien …à  distance après le sévice . Elles ont bien sûr des craintes un peu précises, mais elles vont bien dans leur vie amoureuse , sexuelle, personnelle, professionnelle. Donc, en quelque sorte un abus ne peut pas entraîner un tel dégât sauf si la vulnérabilité et la fragilité du sujet vient faire que l’abus renforce cette pathologie d’organisation. Là dans ce que vous décrivez, c’est complètement fantasmatique. Ca fait partie peut être de son organisation un peu plus de reconstruction délirante du monde où un ennemi , un agresseur existe fondu comme ça dans son histoire. Donc la première chose à faire c’est de vérifier auprès de la personne citée les choses : de dire voilà notre fille dit ça qu’en penses- tu ? En plus c’est respecter, c’est respecter votre fille que de tenir compte de sa parole. puisque qu’elle cite quelqu’un il faut vérifier les choses"  .                                              

http://www.youtube.com/watch?v=WmzZMYUC2nc

COMMENTAIRE DE L'ENFANCE AU COEUR : Non docteur Rufo ! La majorité des victimes d’inceste et de pédocriminalité ne vont pas bien ! Bien au contraire, il difficile pour elles de se reconstruire après un tel traumatisme. Le viol sur mineur est un crime qui a des conséquences lourdes et dramatiques sur la vie des victimes sur le plan personnel, social, intime, professionel, sur leur santé.... Le  bon sens suffit largement pour comprendre cette évidence, et de nombreuses études scientifiques, témoignages, ouvrages  le prouvent très clairement :  "La gravité des séquelles sur la santé physique (troubles du comportement alimentaire, addictions…), sur le développement psychique (dépression, pulsions suicidaires…) et sur la vie sociale des victimes (peur des autres…) fait de l'inceste un enjeu sanitaire et sociétal majeur." extrait du rapport de La Haute Autorité de Santé 2011

Le prix Renaudot remis à Gabriel MATZNEFF en 2013 !

QUAND L'ART PERMET L'APOLOGIE DE LA PEDOCRIMINALITE  

Dans son essai "Les Moins de seize ans", Gabriel Matzneff expose son goût pour les mineurs des deux sexes. Par son discours, il normalise la pédophilie, et dans ses écritures, il en fait l'apologie. Pourtant, la pédophilie est un crime.  Ses écrits sont un playdoyer pour les prédateurs. Gabriel Matzneff s'est vu attribuer le prix Renaudot 2013.
 EXTRAITS : "Un galop d’enfer" , publié à La Table Ronde, sur son Journal 1977-1978 :

« … (Orlando, 14 ans) Son petit dos, ses jolies petites fesses semblables à des pommes, ce délicieux petit trou du cul, quelle divine étroitesse, quelle chaleur, quelle fermeté ! Après l’amour, il se plaint que je l’ai possédé trop brutalement… » (page 281) 

« …Vendredi soir. Journée délicieuse entièrement consacrée à l’amour, entre ma nouvelle passion, Esteban, beau et chaud comme un fruit mûr, douze ans, le petit que j’appelle Mickey Mouse, onze ans, et quelques autres, dont un huit ans… » (page 286)

"Non Gabriel Matzneff, la pédophilie n'est pas un style de vie " :  Les artistes auraient tous les droits ?

"honte à ce milieu "de la culture" qui une fois encore, une fois de plus, légitime le pire au nom d'elle-même, absout la puanteur, la turpitude au prétexte du génie" : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/968288-quand-le-prix-renaudot-essai-est-attribue-a-gabriel-matzneff-defenseur-de-la-pedophilie.html

 

LE GUIDE DU PEDOPHILE MIS EN VENTE PAR AMAZON 

Amazon avait mis en vente  un livre électronique intitulé « Le guide du pédophile pour l’amour et le plaisir : un code de conduite pour les amoureux des enfants » écrit par Philip R. Greaves II.L’auteur expliquait  : « Mon but est de rendre les situations pédophiles plus sûres pour les jeunes qui y sont impliqués, en établissant des règles que les adultes doivent suivre.J'espère aboutir à cela en faisant appel à la bonne part des pédophiles, avec l'espoir que leur comportement conduira à réduire la haine qui les vise et peut-être à des condamnations plus légères, s'ils sont arrêtés. »

Il confie également à la CNN : «Les vrais pédophiles aiment les enfants et ne leur feraient jamais de mal», il affirme que les médias transmettent une mauvaise image des pédophiles.

Refusant de retirer l'ouvrage qui  avait atteint le top des 100 meilleures ventes,  le géant de la distribution en ligne avait déclaré: «Amazon ne soutient ni ne fait la promotion d'actes criminels ou d'actes de haine, mais nous soutenons le droit de tout individu à décider lui-même ce qu'il achète» et également : «Nous pensons que de ne pas vendre un livre parce que nous croyons, nous ou d'autres, que leur message est discutable revient à de la censure».

Sous la pression des internautes, Amazon a finalement retiré de la vente le livre. En effet, les critiques virulentes ont fusé sur les blogs, Twitter et Facebook. Sur le site commerçant, plus de 2000 internautes sont venus noter l'ouvrage pour manifester leur mécontentement. «Honte à Amazon pour permettre que de telles ordures soient vendues », pouvait-on lire. Mais on y trouvait également des commentaires comme ceux-ci : « Un guide fantastique : Je ne remercierai jamais assez Amazon pour cette grande oeuvre de littérature destinée à ceux qui, parmi nous, ont des goûts ... »

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/amazon-retire-un-guide-du-pedophile-de-la-vente_935946.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/les-internets/20101112.OBS2766/amazon-retire-de-la-vente-le-guide-du-pedophile.html

LA VILAINE  LULU D'YVES SAINT LAURENT

Encore sous l'alibi de "l'art", YSL écrit une oeuvre mettant en scène viols, pédocriminalité, cannibalisme, meurtres d'enfants....Livre "coup de coeur de la Fnac" !!! 

https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=La_Vilaine_Lulu&oldid=93012350 " Cette œuvre, présentée comme une critique grinçante de la société contemporaine, met en scène un grand nombre de maltraitances sur enfants dont l'enlèvement ou le sacrifice humain, de rites sataniques et idéalise la pédophilie en libertinage sexuel des enfants. On y trouve une référence au catharisme et des scènes de violence anticatholiques.

Quelques lecteurs se fiant naivement aux discours sur la dénonciation cynique de notre société, ont dénoncé cette abomination après l'avoir lu.

https://www.amazon.fr/Vilaine-Lulu-Yves-saint-laurent/dp/2732441678

http://livre.fnac.com/a2807393/Yves-Saint-Laurent-La-vilaine-Lulu#st=lulu%20vila&ct=&t=p

Culture : Nous conseillons

Résultat de recherche d'images pour "placé déplacé""PLACÉ, DÉPLACÉ" Adrien Durousset

 De familles d'accueil en foyers, le combat d'un enfant sacrifié ,

"Aux yeux de la société, l'enfant placé est soit une victime, soit un coupable. Et s'il n'a pas envie d'être l'un ou l'autre, s'il se bat pour être ce pourquoi il vit, il est pénalisé. On va peut-être penser que je suis prétentieux mais tant pis, je prends le risque : aujourd'hui, je suis fier de moi ! Qui d'autre pourrait me le dire ? Les premières personnes que j'aimerais entendre sont mes parents, mais ils ne me le diront jamais." A. D.

http://www.michalon.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=500577 

Enfants en souffrance...la honte   "Enfants en souffrance...la honte"  Bernard Laine et  Alexanadra Riguet

  « Nous n’assurons plus la sécurité des enfants dont nous nous occupons... Ils sont en danger dans nos foyers ! »

Ces propos glaçants sortent de la bouche d’éducateurs de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), censée protéger les enfants lorsque leur famille n’est pas en mesure de s’occuper d’eux. Ainsi, en France, des enfants sont maltraités alors que l’institution est supposée les protéger ! Ici un pédophile, déjà condamné, engagé comme veilleur de nuit d’un foyer hébergeant des enfants. Là un travailleur social qui perd le contrôle de sa Ferrari avec 1,58 g d’alcool dans le sang, tuant ses deux passagères de 15 et 16 ans, dont l’une placée chez lui par les services sociaux. Là encore le directeur d’une association en charge de quelques foyers qui touche plus de 9 000 euros de salaire net par mois auxquels s’ajoutent des milliers d’euros de frais personnels payés par l’Aide sociale à l’enfance…

Notre pays dépense plus de 7,5 milliards d’euros pour la Protection de l’enfance. Où va vraiment l’argent public ? On parle de 200 000 professionnels pour s’occuper de ces enfants, mais ceux qui sont sur le terrain se plaignent du manque de personnel et de moyens. Comment expliquer et tolérer que sur les 150 000 d’entre eux qui vivent dans des foyers ou des familles d’accueil beaucoup finiront à la rue ? Ce livre, résultat de plusieurs années d’enquête, est un SOS en faveur des enfants fragilisés, en détresse ou à l’abandon, plaie à vif de notre société dont trop d’indifférence et d’intérêts conjugués continuent de masquer l’existence.

Résultat de recherche d'images pour "nexus les placements abusifs"NEXUS, sept 2104 : LE SCANDALE DES PLACEMENTS ABUSIFS  

Alors que deux enfants meurent par jour dans l'indifférence générale et notamment celle des institutions en charge de protéger nos enfants, ces mêmes institutions arrachent à leurs parents des enfants qui vont parfaitement bien...

Résultat de recherche d'images pour "enfants placés enfants sacrifiés ca suffit""Enfants placés, enfants sacrifiés ça suffit !" Jeanne Landry 

 « Mon histoire est celle d'une jeune grand-mère à qui, un matin d'hiver, on a arraché ses deux petits-enfants. Ma vie et la leur ont basculé dans une réalité insupportable lorsqu'une décision de justice a ordonné leur placement dans un foyer de la protection de l'enfance. Malgré ma demande d'être désignée ''tiers digne de confiance'', la juge en a décidé autrement. ''Vous n'êtes QUE la grand-mère�'', m'a-t-on dit. Oui, mais je suis et je resterai LEUR grand-mère ! » Comment accepter l'inacceptable ? Jeanne Landry n'a pas accepté. Elle a alerté, écrit, appelé, interpellé. Elle a trouvé en elle des ressources qu'elle ne soupçonnait pas, une énergie nouvelle qui lui a donné la force de sortir de son silence pour témoigner de sa souffrance et, surtout, de ce qu'elle a découvert durant une année : un monde qui nie les droits fondamentaux des enfants placés, brise les familles, et des institutions qui fonctionnent sans aucun contrôle, dans une omerta absolue. Jeanne Landry a essayé de trouver les mots pour tenter, tout simplement, de rendre visibles ces enfants dont tout le monde se fout"
Résultat de recherche d'images    "Enfants violés et violentés : le scandale ignoré"
Ce livre dresse un constat destiné à interpeller les autorités politiques et sanitaires afin  qu’elles acceptent enfin de considérer que la maltraitance est u problème majeur de santé publique.  La première partie, fondée sur la recherche scientifique, recense les conséquences et la fréquence des violences sexuelles et autres graves maltraitances infantiles, et s’interroge sur les causes de notre obstination à nier l’évidence. La seconde partie, essentiellement pratique, illustrée par 25 cas cliniques, est consacrée aux solutions possibles pour les repérer, les dépister, et finalement améliorer les pratiques professionnelles
EN CE MOMENT :
Théâtre du Petit Montparnasse

LES CHATOUILLES ou LA DANSE DE LA COLÈRE

Contemporains Comédie dramatique

De Andréa BESCOND

L’histoire insolite d'Odette, une jeune danseuse dont l'enfance a été volée et qui se bat pour se reconstruire. A travers une galerie de personnages entre rires et émotions, les mots et la danse s'entremêlent et permettent à Andréa Bescond de...

https://www.youtube.com/watch?v=Qadl7Uo5vHQ

Lettre aux présidentiables

entete de lettre1Paris, le 30 mars 2017

 

Chère Madame, Cher Monsieur,

Vous présentez votre candidature à l’élection présidentielle car vous aimez la France et vous avez à cœur de conduire notre pays sur la voie de la croissance et du progrès. Pour redresser notre pays, vous avez présenté les mesures que vous prendrez dans les domaines qui intéressent les Françaises et les Français.

Il y a cependant un sujet sur lequel vous ne vous êtes pas exprimé et pour lequel vous n’avez proposé aucune mesure. Ces mesures concernent directement un quart des citoyens français. Mais voilà, ces citoyens ne votent pas. Ils sont sujets de droit mais n’ont ni pouvoir économique, ni pouvoir électoral. Ces citoyens sont les enfants.