informations aux professionnels

entete de lettre1Centre national du cinéma

12 Rue de Lübeck 75784 PARIS cedex 16

 

Paris , le 4 avril 2017

 

n/ref LEAC /Film GANSTERDAM URGENT

CC/RF ( 999) LRAR

 

 

Monsieur le Directeur,

Je m’adresse à vous en ma qualité de Conseil de l’association L’ENFANCE AU CŒUR, association 1901 de protection de l’enfance contre toute forme de violence.

Au vu de la polémique entourant la sortie du film GANSTERDAM pour lequel vous avez consenti un visa d’exploitation « tout public avec avertissement » l’équipe dirigeante de l’association s’est rendue en salle pour se rendre compte personnellement du contenu du film.

L’ENFANCE AU CŒUR a constaté que ce film promouvait une banalisation de la violence dans le sexe en mettant en scène un crime sexuel (le viol) et une agression sexuelle (une fellation) en traitant ces actes délictuels sur un mode récréatif.

La cyber criminalité y est normalisée.

Il s’agit dans certaines scènes de ce film d’inciter un personnage à se livrer à un « viol cool » de même que dans une autre scène, un protagoniste est contraint de se livrer à un acte sexuel dans des conditions humiliantes.

L’ENFANCE AU CŒUR considère qu’une œuvre artistique, en l’espèce un film pour tout public servi par un acteur emblématique attirant de très nombreux spectateurs mineurs, ne saurait en aucun perturber le développement naturel de jeunes mineurs à travers une incitation à l’imitation d’actes répréhensibles pénalement.

L’adolescence est une phase durant laquelle le mineur est en recherche d’identité sociale. Une vision aussi objetisée de la sexualité à un âge où le mineur est influençable peut avoir des conséquences importantes sur toute sa vie intime. Surtout si l’exemple est donné par « une star» à laquelle les jeunes s’identifient fortement.

Pour cette raison L’ENFANCE AU CŒUR a saisi d’une plainte le Parquet du Tribunal de grande instance de PARIS pour délit de corruption de mineurs et provocation à la commission d’une agression sexuelle.

 

Par la présente L’ENFANCE AU CŒUR vous demande de toute urgence de procéder au changement de visa d’exploitation, en retirant le visa actuel pour le remplacer par un visa avec interdiction de représentation aux moins de seize ans.

Il est incompréhensible qu’alors que votre service a eu en mains le découpage dialogué du scénario, vous ayez cru devoir attribuer un visa d’exploitation aussi large qui nécessairement permet une rentabilité commerciale de l’œuvre au détriment du respect de l’intégrité de ses jeunes spectateurs.

Une apologie de crime et délit sexuel est donc à l’œuvre dans ce film dont l’alibi qu’il faille le prendre au second degré ne trompe personne.

D’ailleurs de nombreux medias se sont émus du message catastrophique pour la jeunesse véhiculé par ce film et une simple recherche sur internet permet de prendre connaissance d’un blog d’un étudiant en cinéma qui n’hésite pas à indiquer qu’il a pleuré devant le désastre moral qu’il représente !

L’ENFANCE AU CŒUR considère que la liberté artistique ne saurait être le déguisement de ce qui est réellement à l’œuvre dans cette production cinématographique, à savoir une apologie de crime et d’agression sexuelle à même de pervertir les mineurs.

A l’heure où la protection de l’enfance est plus que jamais une priorité absolue, et où des milliers d’enfants sont victimes quotidiennement d’actes de pédocriminalité, où ils sont souvent témoins d’une hyperviolence notamment sexuelle, notre association vous demande de réagir immédiatement à la situation dommageable créée.

Je vous prie de bien vouloir me tenir informée de la suite que vous réserverez à la présente réclamation.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, mes salutations distinguées.

 

POUR L’ASSOCIATION L’ENFANCE AU COEUR

Christine CERRADA

Avocat à la Cour

 

Enregistrer

Enregistrer

  • Les Chiffres noirs de l'enfance

    Les Chiffres noirs de l'enfance

  • Informations pour les professionnels

    Informations pour les professionnels

  • La CIDE

    La CIDE

    Par son caractère révolutionnaire, la déclaration des droits de l’homme et du citoyen est connue de tous. Elle concerne les droits fondamentaux des êtres humains…adultes. 200 ans plus tard, (mieux vaut tard que jamais), en 1989, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant a un caractère tout aussi révolutionnaire ...

  • Ce que vous devez savoir

    Ce que vous devez savoir

    Nombreux sont les citoyens qui, se reposant sur l’image d’une France moderne et patrie des droits de l’homme, ne peuvent pas imaginer que la France accuse un grave retard concernant les droits de l’enfant.